CIUDADES (EN)VISIBLES

     De ce fait, l’évolution du logement est le résultat de plusieurs décisions successives dont la mise en oeuvre peut générer un vrai risque qui met en danger la sécurité de ses occupants. Cette situation est d’autant plus grave lorsqu’on prend conscience que les bidonvilles liméniens se trouvent souvent sur des sols instables. Face à cette situation, on se demande, quelle futur imaginer pour un logement qui est né vulnérable?
    

     A partir du constat précédent, 3 problématiques majeures se sont dégagées et ont généré la proposition de projet.
Comment faire un logement évolutif et sécurisé qui puisse s’adapter à la dynamique des familles qui l’habitent? Comment intégrer une ou plusieurs activités économiques dans le logement, sans perturber son usage principal? Comment valoriser l’espace libre, souvent utilisé comme un espace de service (buanderie, séchage de linge) ?  
    

    A partir de ces problématiques, se développe un logement flexible articulé autour d’un patio à usages multiples. L’idée est de créer un habitat qualifié d’habitat «ressource» car il considère :
     - le bidonville actuel comme une ressource actuelle et future de la ville traditionnelle
    - le logement comme une ressource économique, car il permet aux familles de réaliser des activités générant des revenus
    - le patio comme une ressource d’espace qui permet non seulement plusieurs usages, mais qui offre la lumière et ventilation naturel au logement.

Lurin, Lima,

Pérou

Johanna Agustini,

Michel Jaquet,

Fanny Roméo

Risque sismique, gestion des eaux pluviales,

sol instable

Concours pour la construction de 5 maisons individuelles

    Ce projet s’inscrit dans le cadre du concours «Ciudades (en)visible» organisé par Mutuo, portant sur la conception de 5 maisons individuelles à partir d’un cahier de charges élaborées par chacune des familles habitant dans le bidonville  «3 décembre» , dans la région de Lima.
  

    Dans un contexte informel, le manque d’espace verts est souvent dû a un désir d’occupation maximale de la parcelle. Ceci afin de rendre «rentable» la construction d’une maison ayant plusieurs chambres et d’autres pièces nécessaires pour vivre. Ainsi, les maisons se développent de cette manière progressivement jusqu’à arriver à un développement plus vertical. Souvent, il en résulte des maisons auto construites avec peu ou aucune assistance technique qui deviennent rapidement des logements vulnérables d’un point de vue structurel.  Les extensions progressivent se font à la manière de constructions improvisées sans aucune vision de l’ensemble du projet.

  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • YouTube - Black Circle

© 2019- Architectes des Risques Majeurs- Association loi 1901

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now