MANON DESTRUEL

architecte DE

étudiante DSA RM ENSA-PB

PB252024.jpg

15.06.1994

Française

DSA RM - ENSA-PB

DE - ENSA Clermont-Ferrand

Architecte des risques majeurs ?

    J’ai choisi pour mon mémoire de fin d’étude intitulé « Construire autrement, un dialogue entre usagers et architectes » de travailler sur deux terrains d’études concrets, le premier en Colombie situé dans un quartier informel de Pereira et le second à Nkol-Assi au Cameroun. Ce travail se concentre sur le processus de conception d’un projet d’architecture avec la communauté locale et les moyens de communication de l’architecte.

    A Pereira, j’ai eu l’occasion de travailler avec le collectif RUTA 4 sur l’analyse territoriale d’une frange urbaine informelle, une ancienne voie ferrée occupée illégalement par les populations déplacées par les conflits armés. Nous avons également organisé un atelier participatif avec les enfants d’un village isolé du département du Choco, un territoire marqué par le conflit armé, le narcotrafic et l’exploitation minière illégale. Cet atelier a révélé un regard singulier sur les enjeux du projet et le contexte spécifique du site.

    La participation au TSL (Taller Social Latinoamericano) m’a permis d’intervenir à Canoa, un village de la côte équatorienne détruit par un tremblement de terre en 2016. Le projet « Atrapasueños » s’inscrit dans une démarche globale de construction de petits aménagements dans l’espace public visant à reformer la communauté habitante autours de pratiques communes. Le projet a été mené en collaboration avec le collectif RUTA 4 et l’agence équatorienne Natura Futura.

Atrapasueños, Canoa (province de Manabi, Equateur)

Atelier participatif avec les enfants, Junta del Tamana (département du Choco, Colombie)

Atrapasueños, Canoa (province de Manabi, Equateur)

1/2
architecte
processus participatif
risque anthropique
informel
amérique latine
Identité.png
Education.png
Mail.png

Linked In

Site.png
communautaire